Leen et Bertus, les créateurs de Reuzel, n’avaient que quatorze ans lorsqu’ils ont commencé à apprendre à couper les cheveux des hommes. Amoureux des barbes classiques et des influences rock’n roll, de la Kustom Kulture, les deux acolytes étaient destinés à créer « Schorem Haarsnijder en Barbier ».

Schorem est un salon de coiffure à l’ancienne réservé exclusivement aux hommes.

Niché au cœur de la ville de Rotterdam en Hollande dont les habitants sont majoritairement de la classe ouvrière, ce salon est spécialisé dans la coupe de cheveux traditionnelle, classique et signature, ainsi que dans les rasages au coupe-chou et serviette chaude. Schorem essaie de préserver cet art en voie de disparation hérité d’un autre temps.

Schorem est une sorte de jeu de mots difficile à traduire. Cela veut dire « enfoirés », « mauvais garçons » en hollandais, mais c’est également le passé de « je le rase », autrement dit « je l’ai rasé ».

Le « Haarsnijder en Barbier » signifie Coiffeur et Barbier en hollandais. « L’art du barbier classique est plus qu’un métier, plus qu’un talent, plus qu’une technique. C’est une mission, une vocation, un engagement à ne fournir rien d’autre que les meilleurs éclats toupets, coupes en brosse, fondus et rasages au coupe-chou sur terre, ni plus ni moins.

Depuis ses débuts, Schorem a été fréquenté par les rockers, les bikers, les psychobillies, les brutes et autres vermines raffinées originaires de chaque échelon de la société. Avec plus de cinquante ans d’expérience dans la coupe et le soin de la barbe, ces barbiers de Rotterdam ont créé au fil du temps des pommades élaborées dans le respect de normes strictes.

A l’instar des barbiers à l’ancienne, ceux-ci nous replongent dans l’histoire des baumes réputés comme étant les meilleurs au monde. Reuzel.